ÉDITORIAL:

Ce site web a pour ambition de nourrir un débat fécond avec vous pendant tout le mandat. Il évoluera au fil des conseils municipaux et s’ajustera à vos préoccupations.

Publié le 18 avril :

Le texte Parlons Brignais qui sera diffusé dans le Brignais Magazine de mai :

Parlons éducation et démocratie …

Notre liste a voté lors du dernier Conseil municipal l’alignement à la prochaine rentrée de septembre 2017 du rythme scolaire des enfants de maternelle des trois écoles publiques sur celui d’André Lassagne.

Dans cette école, l’expérimentation de la sieste ou atelier ludique à 13h30 suivi d’une reprise du temps scolaire de 14h20 à 16h30 pour tous, a donné majoritairement satisfaction, pour le bien-être des enfants concernés

Nous sommes conscients que ce changement risque d’apporter des contraintes pour les parents et les enseignants de Claudius Fournion et de Jacques Cartier. Mais dans ce débat où se mêlent des intérêts contradictoires, il nous a paru primordial de faire passer avant tout l’intérêt de nos enfants et donc le rythme le mieux adapté à leur âge, c’est la seule légitimité pour cette réforme imposée.

Parlons démocratie:

Compte tenu de ce qu’il nous est donné à vivre en ces périodes électorales tant présidentielle que législative, il est opportun de rappeler notre vision de ce que doit être le fonctionnement d’une démocratie moderne. Cela pose les termes d’un chantier législatif que nos futurs députés devront prendre en charge.

Page 99 de notre programme municipal 2014 nous avions écrit :

« La démocratie va de pair avec le renouvellement. Sans renouvellement, les dérives s’installent.

De mandat en mandat, les élus finissent par ne plus écouter, se coupent des réalités et gèrent dans l’opacité. Des amitiés, voire des copinages, s’installent qui parfois conduisent à des dysfonctionnements et des décisions partisanes.

C’est pourquoi, le renouvellement est une nécessité, à Brignais comme ailleurs. C’est pourquoi, chaque candidat de notre groupe s’engage à ne pas faire plus de deux mandats d’exécutif.

Un élu qui explique qu’il est obligé de se présenter parce qu’il n’a pas de successeur,  après avoir fait depuis plus de 30 ans de nombreux mandats, est en échec soit parce qu’il n’a pas su préparer l’avenir soit parce qu’il a tout fait pour éliminer tous ceux qui auraient pu prétendre à sa succession.

Il participe à la mauvaise image et à la perte de confiance qui marquent la politique dans notre pays. »

Le débat national et les 3 ans de mandat municipal que nous venons de vivre nous confortent dans ces convictions.

Mais, au-delà de toutes ces considérations, sachons profiter du printemps !

Pour Parlons Brignais, …

Serge Bérard, Valérie Grillon, Bernard Bisch, Anne Claire Rouanet, Jacques Blouin

Publié le 15 avril 2017

Que se passe-t-il à la CCVG ?:

Deux évènements survenus au cours des derniers mois nous interpellent :

Sans réelle concertation, le bureau, le Président ??? ont décidé de regrouper deux commissions importantes en une seule et d’espacer les réunions : la commission économie et la commission aménagement. Du coup, c’est plus de 20 élus qui se retrouvent autour de la table pour préparer les conseils communautaires. Nous ne comprenons pas le sens de ce regroupement, et le regrettons au vu des deux premières séances qui se sont déroulées dans les 4 derniers mois.

Lors du Conseil Communautaire de mars, le vice président au finances a proposé de modifier la règle comptable d’amortissement, en supprimant l’amortissement sur certains biens. Comme dans toutes les comptabilités publiques et privées, la CCVG amortit ses immobilisations selon des règles d’amortissement communes. Cet amortissement qui constate le vieillissement des immobilisations vient réduire le résultat et permet de constituer une réserve (via l’autofinancement). Cette réserve est utilisée chaque année pour rénover notre patrimoine.

Pourquoi une tel changement ? Si on en croit l’explication donnée, c’est pour améliorer l’affichage du résultat afin de permettre de présenter des comptes acceptables, c’est à dire positif.
Ce choix contestable traduit la brutale mutation de la CCVG qui passe d’une situation largement bénéficiaire et sans dettes à une situation très dégradée : résultat qui tendent vers 0 et dette considérable (dûe au financement du centre nautique).

Nous ne pensons pas que casser le thermomètre permettra au malade d’aller mieux. Nous attendons autre chose de l’exécutif de la CCVG.

Publié le 1er mars 2017

Notre texte sur le site web Brignais.com pour exprimer notre inquiétude quant aux conséquences du PLU en cours d’élaboration et aux pratiques de la majorité…

Parlons Padd …

Lors de la présentation du PADD (Plan d’aménagement et de développement durable), le 7 février dernier, devant plusieurs centaines de personnes réunies au CGR, nous nous sommes exprimés sur 2 points essentiels.

Le PADD ouvre la possibilité de modifier la réglementation sur le secteur de Rochilly (cf. photo) visant à rendre partiellement constructibles plus de 10 ha dans un espace encore naturel.

Rochilly ge

Pourquoi sommes-nous opposés à cette modification dans le cadre de la prochaine révision du  PLU?

Près de 600 logements dont les permis de construire sont engagés vont être livrés à Brignais, de 2017 à 2021.

De plus, des modifications réglementaires récentes du PLU sur des secteurs tel que celui de la gare (possibilité de bâtir jusqu’à R+5) ouvrent des perspectives de mutation. Nous estimons à 400 logements supplémentaires les constructions à attendre de 2020 à 2025. Au total, sur les 8 prochaines années, ce sont près de 1 000 logements qui seront livrés dans le respect du PLU actuel, soit près de 2 500 habitants supplémentaires.

Dans ce PLU de transition, en attendant la prochaine révision qui sera déclenchée par le PLU intercommunal (PLUi), pourquoi ouvrir d’autres secteurs qui peuvent conduire à une croissance démographique de 2 000 habitants supplémentaires (7 à 800 logements possibles à minima sur tout le secteur de Rochilly) ?

Aussi, concentrons-nous sur les aménagements nécessaires à l’accueil de ces 2 500 nouveaux Brignairots : déplacements au sein de la commune, organisation des transports en communs, adaptation de nos infrastructures éducatives et sociales et de l’ensemble de nos équipements. Sachons gérer cet afflux tout en améliorant la qualité de vie dans notre cité et afin qu’il bénéficie à l’activité commerciale du centre-ville.

Nous avons traité également d’un deuxième point plus formel : la nécessaire exemplarité du Conseil Municipal pour la révision de ce PLU. Lors des mandats précédents, Brignais disposait d’un adjoint à l’urbanisme. Pour le présent mandat, le maire n’en a pas voulu ce qui n’est pas propice à un traitement serein de cette révision. Sans interlocuteur responsable il porte seul ce dossier.

Lorsque notre représentant, Serge Bérard, a évoqué ce sujet, un élu de la majorité, ancien adjoint qui cumule près de 30 ans de mandat l’a invectivé, lui a coupé la parole avec cris et gesticulations. Fort heureusement le ridicule ne tue pas. Le maire, prévenu de notre intervention en début de réunion, a laissé faire. Cautionne-t-il ce refus d’écoute ?

Notre groupe municipal, qui constitue une possibilité d’alternance pour l’administration de Brignais, restera vigilant et mettra tout en œuvre pour s’assurer que la commune est dirigée seulement dans l’intérêt général. Il n’hésitera pas à soulever les questions de conflit d’intérêt qui pourraient survenir lors de la mise en place du règlement de ce nouveau PLU.

Pour Parlons Brignais, …

Serge Bérard, Valérie Grillon, Bernard Bisch, Anne Claire Rouanet, Jacques Blouin

 

Publié le 19 décembre 2016

Le vote du budget 2017 relayé dans l’article du Progrès, ci-joint, a montré des divergences de fond entre notre groupe et la Majorité : A lire  le-progres-21-12-16

Nous ne pouvions pas voter ce budget, marqué notamment par :

– la mise en place d’une navette pour les transports, dont le budget de 70K€ par an est pris en charge par le budget communal, quasi exclusivement. La compétence transports exercée par la commune suppose que celle-ci s’inscrive dans un sytème global dont le financement devrait être assuré certes par la collectivité, mais également par les usagers et les entreprises.

– une stabilisation des dépenses de la commune alors même que la CCVG reprend de plus en plus de compétences et met en oeuvre des moyens communs à toutes les communes. A quoi bon cet effort si on ne retrouve pas des baisses dans le budget communal ?

– Pour couronner le tout, la majorité nous explique qu’il faut faire de la pédagogie sur les difficultés des temps. Comment ? en baissant les coûts de fonctionnement communaux ? Non. Mais en diminuant systématiquement, sans discernement de 2% les subventions aux associations.

Les subventions aux associations sont de 450 000€, dont 250 000€ pour le centre social et 110 000€ pour l’AMB (école de musique essentiellement). Ces associations ont des missions qui s’apparentent à des missions de service public. A quoi rime 2% de baisse de la subvention du centre social, alors même que la subvention d’équilibre au FPRA double ? A quoi correspond une baisse de 2% de la subvention à l’AMB alors que l’association affiche des difficultés, malgré les efforts des bénévoles qui s’emploient pour la gérer ?

Les autres subventions représentent 90 000€, dont l’Amicale laïque, l’ASB, et Espérance et Vaillantes qui constituent la moitié de ces 90 000€.
A noter que l’économie réalisée par la baisse de 2% représentent donc 1 800€ pour ces dernières, pour un budget communal de fonctionnement de 13 000 000 d’euros…. Cherchez l’erreur.

Alors même que le Maire affirme vouloir construire des relations avec les associations sur l’idée de projets, il propose un méthode à l’ancienne  : -2% pour tout le monde. Entre le discours et la réalité, il fait le grand écart comme souvent. Pourtant cette approche qui consisterait à définir en quoi l’association contribue à la politique communale (formation des jeunes, animation, etc..) pour participer à son financement aurait notre aval.

Enfin, la majorité nous demande de voter un budget qui est parfaitement illisible. Présenté par nature, ce budget ne permet pas de comprendre comment évoluent les moyens alloués aux différentes compétences de la commune.

Pourtant, la voirie et la politique de la ville ont été transférés à la CCVG : quelles conséquences sur le budget des services techniques et du secteur social ?

Quel est l’impact de la création de la régie autonome culturelle dont la subvention d’équilibre augmente chaque année depuis que l’OCB a été municipalisée, sur le secteur culturel et associatif depuis 3 ans ?

La fermeture de la piscine qui coûtait près de 200 000€ ne dégage-t-elle pas des ressources pour agir sur le secteur sportif ?

Nous nous demandons chaque année, comment les adjoints responsables de ces différents secteurs peuvent accepter de ne pas présenter leur politique et les moyens qui leur sont alloués pour les mettre en oeuvre. Ils devraient être les porteurs d’un projet dans chaque compétence, décrit, assumé et financé. Ils se satisfont d’être les messagers d’une politique, décidée semble-t-il sans eux, dans l’incapacité technique à défendre leur vision devant le Conseil Municipal.

Espérons que l’année 2017 aide la majorité à murir tous ces sujets.

 

Publié le 9 octobre 2016

Deux évènements importants ont marqué cette rentrée :

Les transports en commun en déroute :

Des jeunes et des famille paniqués à l’idée de ne pas pouvoir accéder ou revenir de l’école dans de bonnes conditions, c’est ce qui est arrivé à notre commune au moment de la rentrée scolaire, et qui perdure à ce jour.
Lors des dernières élections, nous avions fait campagne sur le thème des transports en commune : à Brignais comme à Saint Genis Laval.

La majorité depuis plus de 20 ans s’oppose à une réflexion sur le sujet. Dans sa communication, elle affirme se mobiliser pour les transports en commun et accuse le Département de tous les maux. En réalité, le Département du Rhône fait de son mieux pour gérer son budget. Ses décisions sont somme toute, logiques. Ce qui ne l’est pas, c’est la passivité de la commune de Brignais qui compte sur les autres pour régler ce problème majeur et refuse de le prendre à bras le corps. M.Le Maire explique qu’il a fait économiser 200K€ par an en profitant de l’effet d’aubaine des cars du Rhône qui passent par Brignais avant d’arriver dans la Métropole. Il oublie de dire que ce sont d’abord les entreprises de plus de 20 salariés qui ont fait des millions d’économie (tant mieux pour elles), mais au détriment de l’intérêt général. Avant d’être Maire, le premier élu de notre commune a, avant tout, été le chef de file d’un lobby qui ne veut pas payer les taxes de transport que toutes les entreprises de la Métropole supportent depuis des décennies.
Alors, maintenant une navette ? pour combien de temps, pour quels services, à quel coût (au passage payé par les Brignairots).

Le Maire tient un discours sur l’environnement et le social, mais refuse que Brignais se dote de transports en commun dignes d’une commune appartenant – qu’on le veuille ou non – à une agglomération de 1,5milliions d’habitants. Quelle hypocrisie !

Paru dans le Progrés le 9 Octobre :

le-progres-transports

Le lancement des travaux pour la rénovation des Pérouses, et la pose d’une première pierre fin septembre :

5 ans de travaux sont à venir. A l’issue ce cette opération considérable le quartier, rénové, va passer de 350 à plus de 500 logements dont 60% seront des logements sociaux au lieu de 100% actuellement. Pour les centaines d’habitants du quartier qui vont vivre ce chantier, ce sont des moments difficiles en perspective  mais le résultat sera bénéfique pour tous.

Publié le 5 juillet 2016

Vous trouverez ci-dessous la photo qui a été interdite de publication par M.Le Maire sur le site « brignais.com » accessible par le menu « ville », et « les élus » et l’onglet « libre expression ».

vue Rochilly

Nous reprenons ci-dessous le texte qui aurait dû être publié le 1er juillet :

« Nous avons demandé voici un an, la possibilité d’utiliser un espace réservé sur le site web de la commune pour chacun des groupes municipaux. Pour nous l’objectif est de dire nos différences et quelles seraient nos décisions si nous dirigions la commune.

De fait, si nous votons la plupart des délibérations, nous avons des points de divergence forts avec la majorité sur des sujets essentiels.

Après un an d’attente Le Maire a fini par nous répondre en nous proposant un espace de « liberté conditionnelle » : 2 300 caractères tous les 4 mois.

Nous nous accommoderons donc de cette vision étriquée de l’expression démocratique, qui n’est pas la nôtre… Si les Brignairots devaient nous faire confiance un jour pour diriger la commune, nous nous engageons à ouvrir cet espace de communication sans restrictions, autres que techniques, aux groupes minoritaires.

Le Brignais Magazine, est utile pour informer les Brignairots sur de nombreux thèmes de la vie municipale. Si le Maire est avare en espace de communication pour les minorités il n’a pas hésité à  utiliser une bonne partie du dernier Magazine pour assurer sa propre communication, des pages de photo bien peu utiles et coûteuses.

Dans le même temps, il explique aux associations qu’elles devront payer certaines salles municipales, et qu’elles doivent se préparer à se serrer la ceinture du côté des subventions. Cherchez l’erreur…

Une photo ci-dessous, montre le territoire communal que la majorité pourrait ouvrir à l’urbanisation: la zone le long de la voie ferrée enserrant la nouvelle piscine au centre de l’image.

Dans les 5 prochaines années, nous estimons à au moins 600 le nombre de logements qui vont être livrés, soit près de 1 500 habitants qui vont s’installer sur la commune (2,4 habitants par logement) entre la gare, la Giraudière, les  Pérouses et le sud de l’avenue Général De Gaulle.

On sait que les lois urbanistiques en vigueur poussent au découpage des terrains et que le quartier de la gare va recevoir un règlement d’urbanisme qui permettra de bâtir encore de nombreux logements (immeubles autorisés jusqu’à 5 étages). Autant dire que pour les 10 prochaines années, Brignais peut respecter ses engagements (Scot, Plan local d’habitat) dans le cadre des zones urbanisables actuelles. Sur ces bases, et face à l’absence de volonté politique de la majorité, la commune risque de croître de 3 000 habitants en 10 ans.

Nous pensons, dans ces conditions que l’ouverture à l’urbanisation de ces plus de 4 ha, qui pourraient conduire à l’arrivée de plus de 1000 habitants supplémentaires, ne devrait pas être à l’ordre du  jour.

A chacun de se faire son point de vue.

Et donc, rendez-vous dans 4 mois, ….

Publié le 28 Mars 2016

Lors du Conseil Municipal du 24 mars, notre groupe a enfin obtenu une réponse à la question qu’il avait posée voici un an. La loi imposant de laisser un espace aux minorités sur tous les supports publiés par une commune, nous avions demandé à disposer d’un espace de communication sur le site web de la commune. Actuellement, les groupes municipaux disposent d’un espace en dernière page du Brignais Magazine qui est publié tous les 4 mois.

Le règlement intérieur voté le 24 mars (sauf par notre groupe), autorise les groupes municipaux (dont celui du Maire), à publier sur le web tous les 4 mois un texte de même taille que celui du Brignais Magazine : le Maire a réinventé l’imprimerie sur le web….

La publication sur le Brignais Magazine est contrainte par le fait que le support papier trouve des limites. En revanche, le support web ouvre des espaces illimités et de plus, à la différence du support papier, ne coûte rien. Alors, pourquoi le Maire qui ne cesse de mettre en avant la démocratie, la République et toutes ces bonnes valeurs qui nous réunissent, nous refuse-t-il cet espace de liberté ? Pourquoi cette entrave sans justification démocratique à la liberté d’expression ? De quoi le Maire a-t-il peur ? En quoi cela le gêne-t-il que nous puissions régulièrement, en fonction de l’actualité municipale, publier un texte accessible à tous via le site de la commune ?

Ce même 24 mars, nous avons fait part de notre volonté de sortir du groupe de travail mis en place pour accompagner l’édification d’un lieu de culte musulman. Depuis 20 ans, les pratiquants musulmans utilisent, faute de mieux, une salle des Pérouses, détournée de sa vocation associative. La commune n’a jamais pris en charge ce dossier. C’est la démolition du bâtiment dans lequel se trouve cette salle, dans le cadre de la requalification des Pérouses, qui pousse à l’action. Nous sommes bien entendu d’accord sur la nécessité d’aider nos concitoyens musulmans à se doter d’un lieu de prière digne. Dans le respect de la pratique religieuse, et des lois de la République, nous avons donc validé le processus qui conduira à la création d’un lieu de culte  musulman pérenne.

Mais nous désapprouvons le choix de l’emplacement retenu (ci-dessous) et voici ce que nous avons dit :

emplacemnent lieu culte

« Ce lieu, situé dans une zone d’activité, à la sortie de la déchetterie, n’est pas approprié pour plusieurs raisons :

  • Il crée un conflit d’usage entre des activités économiques et une nouvelle activité à caractère associatif 
  • Il n’est pas digne pour l’accueil d’une activité cultuelle
  • A l’écart de la vie communale, Il pose des questions de sécurité, préjudiciables à l’association comme à la commune.

Par voie de conséquence, et en l’absence de remise en cause de ce choix, nous ne participerons plus au groupe de travail. »

 

 

Publié le 28 Décembre 2015

La fin d’année 2015 a été marquée par des débats parfois houleux au Conseil Municipal.

En résumé, quelques liens sur lesquels vous pouvez cliquer pour vous tenir informé de ces débats :

Brignais et l’intercommunalité : L’Etat revient à la charge et demande à la CCVG et aux communes qui en font partie de se déterminer. Il propose un rapprochement avec les intercommunalités de Mornant, Vaugneray et l’Arbresle… Voici un an nous avions demandé au Maire d’élaborer un dossier qui permettrait aux élus et citoyens de Brignais d’évaluer les enjeux et de permettre à chacun d’être acteur de son avenir. Il s’est refusé à le faire, résultat nous n’avons aucun élément pour proposer notre vision communale.

En effet, d’autes solutions sont envisageables pour Brignais, dont le rapprochement avec la Métropole. Par ce lien vous accèderez à l’expression de nos demandes et de notre vision en l’état. Ce dossier sera le plus important du mandat

- Création de groupes de travail à la demande du maire pour trouver des positions consensuelles entre les 3 groupes municipaux : Lorsque le Maire fait le choix de la censure !

Budget 2016 : l’année des transferts à la CCVG qui fausse la lecture du budget en laissant penser que les charges de fonctionnement diminuent fortement sur notre commune. En réalité ce budget en trompe l’oeil cache mal le peu d’efforts réalisé par la commune. De plus, par la création d’une nouvelle piscine couverte, nécessaire et attendue depuis si longtemps, notre commune transfere des charges et participe à la création d’une dette à la CCVG.

– 4 millions d’euros dépensés pour le centre ville : une rénovation nécessaire mais beaucoup d’incohérences…

– Révision du Plan Local d’Urbanisme : un diagnostic sera présenté aux Brignairots en début d’année qui fera l’état des lieux de la situation urbaine de notre commune. La révision du PLU sera le fil conducteur de l’année 2016.

Et en conclusion nous sommes toujours en attente d’une possibilité de publier sur le site web de la commune, dans un onglet réservé aux listes municipales : quand la démocratie fait peur au Maire ! On se contentera donc du texte qui  paraît en libre expression du Brignais Magazine début janvier : à retrouver sur notre blog.

 

 

Publié le 12 septembre 2015 :

La rentrée est déjà derrière nous. La vie scolaire reprend ses droits, et les Brignairots retrouvent le chemin de leurs activités professionnelles et associatives.

Les cors des Alpes ont donné le souffle et le diapason le 13 septembre… et la course des Tards Venus n’a pas manqué de souffle non plus.

IMG_1658

Vous trouverez sur notre blog, le texte publié par notre équipe dans le N° de septembre du Brignais Magazine.

Les débats récurrents retrouvent leur place au sein de la vie municipale.

Parmi ces débats, nous rappelons que le Maire refuse obstinément de nous donner accès à une page « dynamique » du site de la commune. De quoi a-t-il peur ? Nous lui avons fait cette demande en avril. Pour faire bonne figure, il nous a répondu par courrier en juin : je réfléchis. Nous sommes impatients de connaître l’issue de cette longue et inutile réflexion …

Le Maire après avoir expliqué dans le dernier BM être favorable aux TCL, explique dans le libre expression du BM de septembre qu’il travaille sur le « billet unique », et donc en creux qu’il n’est pas favorable aux TCL. Il s’appuie sur l’exemple de Chaponost pour défendre cette vision. Il omet toutefois d’exposer le point de vue du nouveau maire de Chaponost, qui n’a pas l’intention de remettre en cause la présence des TCL sur sa commune !

Enfin, et c’est un comble, alors que depuis 20 ans les Brignairots sont privés d’un débat nourri d’informations claires (dont l’opposition ne dispose pas non plus), la liste majoritaire ose nous reprocher de faire de la désinformation ! C’est une bonne vieille méthode que de reprocher ses propres carences à ses adversaires. Personne n’est dupe de cette manipulation. Ce que nous attendons, c’est un débat ouvert sur l’avenir de notre commune en matière de transports de type urbain, qui offriraient aux Brignairots une desserte des différents sites de Saint Genis Laval, Basses Barolles, Oullins ou encore Pierre Bénite, et Lyon bien sûr. Que ce débat mette en lumière les vrais avantages et inconvénients pour tous les Brignairots, et qu’alors sereinement des décisions soient prises !

Il en va de même pour le devenir institutionnel de la commune. Il est en effet à prévoir que prochainement, comme cela a déjà été le cas, le Préfet nous demande d’opter pour un rapprochement avec les intercommunalités voisines (Mornant, Vaugneray…). Où est l’avenir de Brignais en termes d’aménagement du Territoire ? Vers les communes des Monts du Lyonnais ou vers la Métropole qui est désormais à la fois communauté urbaine et Conseil Départemental ?

Pour conclure ce texte de rentrée, nous dénonçons une pratique déloyale de la liste municipale majoritaire, qui prenant connaissance de notre texte avant publication, répond au texte de notre « libre expression » dans chaque BM. Nous pouvons également le faire, mais 4 mois après…. Consternant !

Publié le 12 Juin 2015 :

Vous trouverez au menu « intercommunalité » de notre site, un courrier adressé au Président de la CCVG.

Nous nous interrogeons quant à l’avenir intercommunal de Brignais. La Métropole vient d’être créée, et, malgré des difficultés de démarrage et également politiques, elle va s’inscrire dans la durée. Elle participe à la refonte nationale de l’organisation de nos collectivités. Nous sommes convaincus que cette création dont nous sommes exclus aura un impact sur notre territoire. Le courrier que nous avons adressé au Président de la CCVG aborde cette question.

Publié le 31 Mai 2015 :

Vous trouverez en cliquant sur ce lien, une réponse du Maire (via son adjointe à la communication), à une demande que nous avons initiée voici quelques mois. Nous souhaitons en effet pouvoir accéder à une rubrique « tribune libre » sur le site web de la mairie, qui permettrait aux Brignairots de prendre connaissance de nos position via un média qu’ils financent. Notre demande consiste à avoir la possibilité de poster nos positions, au  fil de l’eau (par exemple à l’issue des Conseils municipaux), sans attendre la publication du BM qui intervient tous les 4 mois. La majorité nous a d’abord fait une réponse pour nous amuser (reprendre le texte du BM tous les 4 mois), puis à la suite d’une demande plus insistante (car nous pensons que le tribunal administratif s’il est saisi répondra positivement à notre demande), la majorité « réféchit » bien entendu, dans l’intérêt de la démocratie… La réponse ne manque pas de sel. Comme nous avons le sens de l’humour, nous nous en amuserons.

Publié le 20 AVRIL 2015 :

Retrouvez notre éditorial qui sera publié dans le Brignais Magazine de mai 2015 dans le menu blog et n’hésitez pas à réagir

Et prenez connaissance d’une proposition que nous avons fait au Maire pour l’organisation du service Culture. En effet, l’essentiel de l’activité culturelle est désormais géré dans le cadre d’une Régie autonome. Cela signifie que cette organisation dispose de son propre budget de fonctionnement, équilibré par des subventions de la commune. Son organe de gestion est le « Cerca » dans lequel siège des représentants d’association culturelles. Ce montage est mal compris, car complexe. Les associations s’interrogent quant à leur rôle dans cette organisation. Prenez donc connaissance de nos propositions dans le menu « Conseil municipal », sous menu « éducation et culture ».

 

Publié le 27 Décembre 2014 : Retrouvez notre éditorial qui sera publié dans le Brignais Magazine de janvier 2015 dans le menu blog et n’hésitez pas à réagir

Les derniers Conseils Municipaux de décembre ont conduit au vote du budget 2015.Au cours du débat d’orientation budgétaire nous aurions aimé entendre chacun des adjoints défendre leur budget et exposer leur politique pour l’année à venir. Mais, nous savons que cette pratique là n’a pas cours dans notre commune….

 

Publié le 21 novembre 2014

Lors du Conseil Municipal du 20 novembre, notre équipe a voté les délibérations proposées.

Nous sommes toutefois intervenus au cours de la séance sur plusieurs sujets :

Nous avons voté le dossier de réalisation du projet de la Giraudière  (site de près de 2 ha près de l’école Saint Clair), où 250 logements vont être créés dans les prochaines années, avec 30% de logements sociaux. Nous avons fait part de notre préoccupation quant aux accès à prévoir pour ces habitants, vers les différents point de la ville. On peut imaginer que plus de 600 personnes vivront sur ce site, avec 500 nouvelles voitures (ce sont les places de parking prévus en sous-sol).

Giraudière

Il est indispensable de rapidement définir et planifier les travaux nécessaires afin de rassurer les riverains, et offrir à ces nouveaux Brignairots des possibilités de déplacement adéquates, notamment en mode doux.

Nous avons débattu de la convention avec l’Association Musicale de Brignais (budget de 114 000€ annuel). Il nous semble curieux qu’un vote soit engagé sur une convention, alors même que cette association viendra présenter son projet au Conseil Municipal (dans le cadre d’une commission ad hoc) le 11 décembre. Par ailleurs, nous constatons que depuis de nombreuses années une promesse de signer une convention triennale est faite à l’association, qui n’est jamais tenue. Une vision à trois ans permettrait à cette association de sécuriser son activité et les nombreux emplois qu’elle finance.

Le Maire, au cours des questions diverses, a confirmé qu’une surface commerciale allait s’ouvrir rue du Général de Gaulle, à hauteur de l’enseigne Grassot. Avec 730M2, 31 places de stationnement et une station service à 2 pistes, cet établissement ouvrira courant 2015.

Nous avons regretté qu’aucune concertation n’ait eu lieu au cours de l’instruction de ce dossier, l’opposition n’ayant pu obtenir des informations que parcimonieusement et après des interventions en Conseil Municipal. Le commerce de centre ville va être fortement perturbé par des travaux au cours des deux prochaines années, cette création risque d’affaiblir un commerce qui sera fragilisé. Le Maire prétend qu’il ne pouvait rien faire sur ce dossier, prétextant du respect des procédures d’urbanisme.

L’absence de dialogue, la gestion opaque de ce dossier, sont emblématiques d’un mode de fonctionnement que nous considérons comme dépassé. (voir sur le site menu débats : http://parlonsbrignais.fr/debats/carrefour-market)

Publié le 30 octobre 2014

Lors du Conseil Municipal du 16 octobre, notre question diverse portait sur les modes doux à Brignais.
Nous avons pu constater que, la commune ne dispose d’aucun plan d’ensemble . Depuis des années le Maire prétend avancer sur ce sujet. Dans la pratique, une carte a été présentée, dans l’improvisation,

Nous reconnaissons en revanche qu’un effort a été fait et nous serons vigilants pour que ce travail, embryonnaire aboutisse à un projet consistant d’ici la fin du mandat.

Publié le 25 septembre 2014 :
Suite à une « question diverse », posée par notre groupe, le Conseil Municipal a pu débattre de l’état d’avancement du projet centre ville.
Il semblerait que le projet soit finalisé, et que le plan proposé lors du Conseil Municipal, à quelques aménagements prés soit celui qui sera retenu. Nous nous sommes largement exprimé lors de ce débat, voici ce que Le Progrès en a retenu nous concernant. Au passage, vous noterez que Le Progrès tient absolument à nous cataloguer UMP, alors que notre liste n’a jamais sollicité l’investiture de l’UMP, qu’à l’exception de 3 personnes, dont la tête de liste qui ne s’est jamais cachée de son adhésion à l’UMP, tous les autres membres de la liste revendiquent leur indépendance politique.
On constatera que l’autre liste « divers droite » du maire qui a en son sein des adhérents UMP, ne se voit jamais apposée cette étiquette.
La CCVG est-elle UMP parce que son Président, Jean Louis Imbert, adjoint historique du Maire de Brignais est adhérent à l’UMP ?

(page Brignais du 20/09) :
« Serge Bérard, pour la liste d’opposition (UMP)«Parlons Brignais» se voyait rassuré par le maire quant à sa question sur la réalisation d’une passerelle enjambant le Garon au niveau du parking Verdun. Il exposait tout de même qu’il était difficile pour son groupe de se prononcer, « il y a beaucoup de nouvelles choses mais si un consensus se dessine, c’est très bien. » Avant de lancer une petite pique: «Espérons que des leçons seront tirées sur la méthode pour l’avenir, car nous pensons qu’il est dommage que certains (NDLR : commerçants) aient pu se sentir stigmatisés par la municipalité comme étant les responsables de toutes les difficultés… C’est une attitude indigne… Tout le monde doit être respecté.» »

Publié le 15 septembre 2014 :

Lors du Conseil Municipal du 18 septembre, notre équipe a demandé au Maire de faire le point sur le devenir de l’aménagement du centre ville. Ce projet, retardé depuis plusieurs mois, a suscité des tensions au sein du Conseil Municipal et avec une partie des Brignairots.

Remis à l’ordre du jour récemment, il devrait être arrêté. Le débat que nous avons proposé, qui devrait intervenir en fin de Conseil Municipal, permettra d’éclairer les Brignairots sur les décisions prises ou qui doivent l’être à brève échéance.

vue Rochilly