Libre expression mars (publication web)

Les Brignairots bien accueillis

L’accueil, dans toutes les administrations, agit sur la perception que nous avons de la qualité des services auxquels nos impôts donnent droit. Parfois, il laisse à désirer, en matière d’attente,  de qualité d’écoute, d’heures d’ouverture, de rapidité de réponse, etc…

Aussi, lorsque Brignais reçoit un trophée dans le cadre d’une étude de l’Afnor pour la qualité de sa relation usagers, nous en sommes heureux et félicitons les services pour cette distinction. Cela signifie que les fonctionnaires en charge de cette mission font bien leur métier, disposent d’une bonne formation, et ont une attitude personnelle adéquate. Nous ne pouvons que les encourager à continuer dans cette voie.

Parlons urbanisme

Nous entrevoyons ce que donnera la mise en œuvre du PLU qui sera prochainement proposé aux votes du Conseil Municipal en analysant la situation de l’entrée Nord de notre commune où la pression monte déjà. Le quartier de la gare va connaître une profonde transformation avec 200 logements créés à court terme, plus de 500 à moyen terme, et l’installation du siège de l’OPAC du Rhône le long de la voie ferrée. Ajoutés aux 250 logements du quartier de La Giraudière qui sont progressivement livrés, et la rénovation du quartier des Pérouses qui avance, avec ses 150 logements supplémentaires, le Nord Est de Brignais voit naître une nouvelle cité dans la ville…

entrée nord_2

Les élus doivent traiter toutes les conséquences de cette mutation qui impacte tous les domaines de compétence de la commune. Que ce soit en termes, de déplacement, de stationnement, d’accès au centre-ville, de trafic routier, mais également de problèmes sociaux, puisque près de 40% de ces logements seront des logements sociaux, d’équipements scolaires et associatifs, de commerce… Il faut penser les investissements à réaliser pour que les 2000 nouveaux habitants du secteur (c’est une estimation) se sentent correctement accueillis… et que les Brignairots n’en souffrent pas.

Déjà 4 ans depuis les élections municipales ! Le moment approche de faire un état des lieux de ce mandat, de notre vie d’élus, de partager vos ressentis et vos attentes… plus que jamais, de parler de Brignais.

Pour Parlons Brignais,

Serge Bérard, Valérie Grillon, Bernard Bisch, Anne Claire Rouanet, Jacques Blouin

Que se passe-t-il à la CCVG ?

Que se passe-t-il à la CCVG ?:

Deux évènements survenus au cours des derniers mois nous interpellent :

Sans réelle concertation, le bureau, le Président ??? ont décidé de regrouper deux commissions importantes en une seule et d’espacer les réunions : la commission économie et la commission aménagement. Du coup, c’est plus de 20 élus qui se retrouvent autour de la table pour préparer les conseils communautaires. Nous ne comprenons pas le sens de ce regroupement, et le regrettons au vu des deux premières séances qui se sont déroulées dans les 4 derniers mois.

Lors du Conseil Communautaire de mars, le vice président au finances a proposé de modifier la règle comptable d’amortissement, en supprimant l’amortissement sur certains biens. Comme dans toutes les comptabilités publiques et privées, la CCVG amortit ses immobilisations selon des règles d’amortissement communes. Cet amortissement qui constate le vieillissement des immobilisations vient réduire le résultat et permet de constituer une réserve (via l’autofinancement). Cette réserve est utilisée chaque année pour rénover notre patrimoine.

Pourquoi une tel changement ? Si on en croit l’explication donnée, c’est pour améliorer l’affichage du résultat afin de permettre de présenter des comptes acceptables, c’est à dire positif.
Ce choix contestable traduit la brutale mutation de la CCVG qui passe d’une situation largement bénéficiaire et sans dettes à une situation très dégradée : résultat qui tendent vers 0 et dette considérable (dûe au financement du centre nautique).

Nous ne pensons pas que casser le thermomètre permettra au malade d’aller mieux. Nous attendons autre chose de l’exécutif de la CCVG.

Brignais magazine mai 2017

Le texte Parlons Brignais qui sera diffusé dans le Brignais Magazine de mai :

Parlons éducation et démocratie …

Notre liste a voté lors du dernier Conseil municipal l’alignement à la prochaine rentrée de septembre 2017 du rythme scolaire des enfants de maternelle des trois écoles publiques sur celui d’André Lassagne.

Dans cette école, l’expérimentation de la sieste ou atelier ludique à 13h30 suivi d’une reprise du temps scolaire de 14h20 à 16h30 pour tous, a donné majoritairement satisfaction, pour le bien-être des enfants concernés

Nous sommes conscients que ce changement risque d’apporter des contraintes pour les parents et les enseignants de Claudius Fournion et de Jacques Cartier. Mais dans ce débat où se mêlent des intérêts contradictoires, il nous a paru primordial de faire passer avant tout l’intérêt de nos enfants et donc le rythme le mieux adapté à leur âge, c’est la seule légitimité pour cette réforme imposée.

Parlons démocratie:

Compte tenu de ce qu’il nous est donné à vivre en ces périodes électorales tant présidentielle que législative, il est opportun de rappeler notre vision de ce que doit être le fonctionnement d’une démocratie moderne. Cela pose les termes d’un chantier législatif que nos futurs députés devront prendre en charge.

Page 99 de notre programme municipal 2014 nous avions écrit :

« La démocratie va de pair avec le renouvellement. Sans renouvellement, les dérives s’installent.

De mandat en mandat, les élus finissent par ne plus écouter, se coupent des réalités et gèrent dans l’opacité. Des amitiés, voire des copinages, s’installent qui parfois conduisent à des dysfonctionnements et des décisions partisanes.

C’est pourquoi, le renouvellement est une nécessité, à Brignais comme ailleurs. C’est pourquoi, chaque candidat de notre groupe s’engage à ne pas faire plus de deux mandats d’exécutif.

Un élu qui explique qu’il est obligé de se présenter parce qu’il n’a pas de successeur,  après avoir fait depuis plus de 30 ans de nombreux mandats, est en échec soit parce qu’il n’a pas su préparer l’avenir soit parce qu’il a tout fait pour éliminer tous ceux qui auraient pu prétendre à sa succession.

Il participe à la mauvaise image et à la perte de confiance qui marquent la politique dans notre pays. »

Le débat national et les 3 ans de mandat municipal que nous venons de vivre nous confortent dans ces convictions.

Mais, au-delà de toutes ces considérations, sachons profiter du printemps !

Pour Parlons Brignais, …

Serge Bérard, Valérie Grillon, Bernard Bisch, Anne Claire Rouanet, Jacques Blouin

Libre expression site Brignais.com mars 2017

Notre texte sur le site web Brignais.com pour exprimer notre inquiétude quant aux conséquences du PLU en cours d’élaboration et aux pratiques de la majorité…

Parlons Padd …

Lors de la présentation du PADD (Plan d’aménagement et de développement durable), le 7 février dernier, devant plusieurs centaines de personnes réunies au CGR, nous nous sommes exprimés sur 2 points essentiels.

Le PADD ouvre la possibilité de modifier la réglementation sur le secteur de Rochilly (cf. photo) visant à rendre partiellement constructibles plus de 10 ha dans un espace encore naturel.

Rochilly ge

Pourquoi sommes-nous opposés à cette modification dans le cadre de la prochaine révision du  PLU?

Près de 600 logements dont les permis de construire sont engagés vont être livrés à Brignais, de 2017 à 2021.

De plus, des modifications réglementaires récentes du PLU sur des secteurs tel que celui de la gare (possibilité de bâtir jusqu’à R+5) ouvrent des perspectives de mutation. Nous estimons à 400 logements supplémentaires les constructions à attendre de 2020 à 2025. Au total, sur les 8 prochaines années, ce sont près de 1 000 logements qui seront livrés dans le respect du PLU actuel, soit près de 2 500 habitants supplémentaires.

Dans ce PLU de transition, en attendant la prochaine révision qui sera déclenchée par le PLU intercommunal (PLUi), pourquoi ouvrir d’autres secteurs qui peuvent conduire à une croissance démographique de 2 000 habitants supplémentaires (7 à 800 logements possibles à minima sur tout le secteur de Rochilly) ?

Aussi, concentrons-nous sur les aménagements nécessaires à l’accueil de ces 2 500 nouveaux Brignairots : déplacements au sein de la commune, organisation des transports en communs, adaptation de nos infrastructures éducatives et sociales et de l’ensemble de nos équipements. Sachons gérer cet afflux tout en améliorant la qualité de vie dans notre cité et afin qu’il bénéficie à l’activité commerciale du centre-ville.

Nous avons traité également d’un deuxième point plus formel : la nécessaire exemplarité du Conseil Municipal pour la révision de ce PLU. Lors des mandats précédents, Brignais disposait d’un adjoint à l’urbanisme. Pour le présent mandat, le maire n’en a pas voulu ce qui n’est pas propice à un traitement serein de cette révision. Sans interlocuteur responsable il porte seul ce dossier.

Lorsque notre représentant, Serge Bérard, a évoqué ce sujet, un élu de la majorité, ancien adjoint qui cumule près de 30 ans de mandat l’a invectivé, lui a coupé la parole avec cris et gesticulations. Fort heureusement le ridicule ne tue pas. Le maire, prévenu de notre intervention en début de réunion, a laissé faire. Cautionne-t-il ce refus d’écoute ?

Notre groupe municipal, qui constitue une possibilité d’alternance pour l’administration de Brignais, restera vigilant et mettra tout en œuvre pour s’assurer que la commune est dirigée seulement dans l’intérêt général. Il n’hésitera pas à soulever les questions de conflit d’intérêt qui pourraient survenir lors de la mise en place du règlement de ce nouveau PLU.

Pour Parlons Brignais, …

Serge Bérard, Valérie Grillon, Bernard Bisch, Anne Claire Rouanet, Jacques Blouin

Brignais magazine Janvier 2017

Parlons CCVG,

 

La Communauté de Communes de la Vallée du Garon fête ses 20 ans.

Les 5 communes qui longent la vallée du  Garon de Chaponost à Montagny, se sont regroupées en 1996 avec pour objectif d’éviter d’être « avalées » par le Grand Lyon.

Après la voirie, l’aménagement du  territoire, le tourisme, l’économie, la CCVG gère depuis peu,  pour le compte de nos communes, l’espace nautique, la politique de la ville, et bientôt l’urbanisme et l’agriculture. De plus, elle pilote la mutualisation des services entre communes tel que les achats, et d’autres à venir.

Financée essentiellement par l’impôt des entreprises, la CCVG a profité du dynamisme lié à notre emplacement exceptionnel aux portes de la Métropole. Sur les 17 millions d’euros que la CCVG perçoit, elle restitue 12 millions aux communes, conservant 5 millions pour financer l’exercice de ses compétences (ordre de grandeur).

Le budget 2017 marque un tournant fort dans la vie de la CCVG pour deux raisons :

– L’investissement de 15 millions d’€ pour le Centre nautique a imposé un endettement de 10 millions qu’il va falloir rembourser. La CCVG restituera moins aux communes : pour Brignais c’est 300 000€ en moins pour 2017 (mais en contrepartie la fermeture de notre piscine nous fait faire d’importantes économies).

– l’Etat baisse ses dotations. De plus, pour les plus riches des collectivités dont nous sommes, il a inventé un fonds de péréquation intercommunal (FPIC). A ce titre il nous prélève près d’un million d’euros en 2017 : lorsqu’un Brignairot paie 1000€ d’impôts, près de 150€ vont vers d’autres communes.

Le rattachement de Brignais à la CCVG a des effets induits qui font débat :

  • Nous sommes à l’écart du réseau des transports urbains
  • Notre préfecture est désormais Villefranche sur Saône puisque nous appartenons au « Nouveau Rhône »
  • Nous sommes rattachés au Schéma de Cohérence Territoriale des Monts du lyonnais où s’organise notre territoire,
  • Nous n’avons pas de liens « institutionnels » avec les villes qui constituent notre bassin de vie (Saint Genis Laval, Oullins),
  • L’Etat nous taxe (FPIC) et pousse à nous regrouper avec d’autres intercommunalités.

Avec tous les élus communautaires, notre groupe a validé le principe de préserver la CCVG lorsque le Préfet a proposé de la rapprocher des communes des Monts du Lyonnais. Mais le monde change et nous devons évoluer avec lui. Notre devoir d’élus est de veiller à faire les justes choix dans le souci du bien commun.

Voici un beau sujet, dont sereinement l’ensemble des élus municipaux et communautaires devront se saisir dans les prochaines années afin de ne pas subir des décisions venues d’ailleurs, qui ne seraient pas conformes à l’attente de nos concitoyens.

Nous vous souhaitons une très belle année 2017.

Les élus Parlons Brignais : Serge Bérard, Valérie Grillon, Anne Claire Rouanet, Bernard Bisch, Jacques Blouin

Editorial Parlons Brignais BM Janvier 2016

Publication Parlons Brignais dans la tribune libre du Brignais Magazine de janvier 2016 :

Parlons de Brignais et de démocratie,

Le budget 2016 a été présenté en Conseil Municipal. Les recettes sont marquées par la baisse de la dotation de l’Etat de l’ordre de 300 000€. Mais cette année la Communauté de Communes de la Vallée du Garon compense largement cette baisse, par :

– Une augmentation de plus de 200 000€ de sa dotation annuelle

– 180 000€ d’économies grâce à la création de son espace nautique qui permet la fermeture de notre piscine.

Pour pouvoir assurer ces financements et compte tenu de l’investissement nécessaire dans le futur espace nautique, la CCVG a radicalement changé sa politique de financement, recourant désormais à la dette. Nous estimons que celle-ci passera de 600€ à près de 1000€ par habitant d’ici fin 2016, Brignais et CCVG confondus.

Dans ce contexte nous jugeons nettement insuffisants les efforts faits par notre commune pour diminuer ses charges de fonctionnement.

Le 5 décembre, une fête sympathique de fin de travaux du centre-ville a réuni de nombreux habitants.

Nous tirons les enseignements suivants sur la gestion de ce projet : les attentes des Brignairots, riverains et commerçants sont-elles bien prises en compte ? Pas sûr, puisque au final, on se retrouve avec des trottoirs surdimensionnés au détriment des deux roues, une forêt de potelets, un stationnement en alignement compliqué et mal défini, … pour résumer, des difficultés d’usage pour tous … et des poubelles bien mal placées !

Nous souhaitons bien sûr que le dynamisme des Brignairots et l’activité des commerçants donnent vie et relancent l’attractivité de ce centre-ville rénové, justifiant ainsi les quatre millions d’euros dépensés.

Enfin, en page 3 de ce magazine, un texte consensuel des 3 équipes qui constituent le Conseil Municipal témoigne de notre attachement commun aux valeurs de notre République.

La démocratie en est le socle. Nous la faisons vivre en intervenant très fréquemment en Conseil Municipal, ouvert à tous à 20H30 le 3ème jeudi de chaque mois en Mairie.

Si vous ne pouvez y assister, en lisant le résumé de nos interventions sur le site web « parlonsbrignais.fr » vous verrez que le Maire accepte mal une opposition constructive, mais aussi critique. Il l’a démontré en refusant que certains de nos élus participent aux groupes de travail qui élaborent le futur Plan Local d’Urbanisme.

… Mais nous reviendrons sur ce PLU, car il fera débat tout au long de l’année à venir.

Que 2016 soit une très bonne année, pour vous, vos proches et notre commune !

Les élus Parlons Brignais : Serge Bérard, Valérie Grillon, Anne Claire Rouanet, Bernard Bisch, Jacques Blouin

Editorial Parlons Brignais Septembre 2015

Publication Parlons Brignais dans la tribune libre du Brignais Magazine de septembre 2015 :

Parlons ….
Lors d’une commission générale convoquée en urgence avant les vacances, le Maire nous a présenté le plan pluriannuel d’investissement, que nous réclamions depuis plusieurs mois. Au cours des élections, chaque liste avait présenté ses projets, et nous serons attentifs à ce que les engagements pris soient tenus. Nous serons amenés à commenter ce plan dès qu’il aura été officiellement présenté aux Brignairots. Le feuilleton du Sytral : lors d’une assemblée communautaire de la CCVG début juillet, la nouvelle vice-présidente du Sytral, Christiane Agarrat par ailleurs conseillère départementale de notre canton,  a présenté avec clarté la situation actuelle et confirmé ce que nous disions dans la dernière Libre Expression. Pour disposer du transport « urbain », il suffit que Brignais demande son adhésion au Sytral et une étude sera engagée. Celle-ci permettra de définir le besoin de desserte pour notre commune et dans un délai de deux ou trois ans, le service pourra se mettre en place. Brignais passera alors d’une desserte « rurale » à une desserte « urbaine ». Dans le N° de mai du Brignais Magazine, dont il est le directeur de publication, le maire réitère (page 10) sa demande d’adhérer au réseau TCL… Rien ne s’y oppose donc (depuis 20 ans c’est la même chose). Courage, monsieur le Maire, c’est au pied du mur qu’on voit le maçon.  Le directeur de la publication du Brignais Magazine nous impose de remettre notre texte le 20 juillet pour une sortie début septembre, difficile dès lors d’être au plus proche de l’actualité municipale. Nous avons demandé en début d’année de pouvoir publier sur le site web de la ville, pour vous informer au fil de l’eau, nous sommes en juillet, le Maire réfléchit encore.
Nous avons une pensée pour tous ceux qui sont impactés par les travaux du centre-ville. Les  perturbations occasionnées sont le prix à payer pour, nous l’espérons, la livraison d’un nouveau centre-ville attractif et commerçant en 2016. Les nouvelles modalités de stationnement, que nous avions approuvées, ont fait leurs preuves. Les travaux terminés, elles seront à adapter, notamment pour mieux prendre en compte les attentes des riverains des « zones rouges ».
Les élus Parlons Brignais : Valérie Grillon, Anne Claire Rouanet, Bernard Bisch, Jacques Blouin, Serge Bérard  vous souhaitent une bonne rentrée. Retrouvez tous ces sujets sur Parlonsbrignais.fr

Editorial Parlons Brignais BM Mai 2015

Parlons Transports,

Nous voici un an après les élections municipales, qui donnaient à notre liste près d’un tiers des suffrages et 5 élus, dont 2 à la Communauté de communes. Parmi les dossiers importants de ce mandat, nous avions souligné nos différences, en particulier sur celui des transports.

Dans les années 90, les élus de Brignais se sont mis à l’écart du Grand Lyon et de son syndicat de transports en commun, le SYTRAL. L’évolution récente des institutions a conduit à la fois à la création de la Métropole, positionnant Brignais dans un nouveau Département, et à l’attribution au SYTRAL de la compétence transports pour ces deux nouvelles entités (Nouveau Rhône et Métropole).

Beaucoup imaginent que, du fait de la fusion TCL/Cars du Rhône, les Brignairots vont voir arriver prochainement de nouveaux bus dans le centre de Brignais. Or, malgré cette évolution, rien ne garantit que le SYTRAL remette en cause l’organisation actuelle.

A ce stade, le Maire nous a indiqué que le SYTRAL « réfléchissait »…. Nous en déduisons que M. Le Maire attend que le SYTRAL ait fini de réfléchir. Mais pour dire et faire quoi ? Quels transports en commun souhaite-t-il pour notre commune ?

Plus que jamais convaincus que Brignais doit être largement desservi, comme Saint Genis Laval par exemple, nous souhaitons une organisation adaptée à notre taille et à nos besoins. Certes, un certain nombre d’entreprises ont économisé des millions d’euros au cours des dernières années en ne payant pas la taxe transports, tant mieux pour elles. Mais l’intérêt général a-t-il été bien pris en compte ?

Il est du devoir des élus d’être actif sur ce sujet. Aussi, avons-nous proposé au Maire de participer à un groupe de travail, qui pourrait être élargi à des citoyens, afin de préciser nos besoins et de les confronter ensuite aux propositions du SYTRAL, organisation compétente mais soumise à des impératifs financiers et commerciaux.

Pour conclure, Parlons liberté d’expression. Nous avions écrit  dans le dernier Brignais Magazine : « Nous attendons la création d’une tribune libre sur le site web de la commune… ». En réponse, le Maire nous propose de publier le texte que vous lisez à l’instant, en l’état, figé pour 4 mois entre deux publications du Brignais Magazine. Il refuse donc aux listes municipales l’usage d’une rubrique sur le site web de la commune, mise à jour au fil de l’eau, ce qui est l’essence-même d’une communication internet.

Suite aux évènements tragiques vécus par Charlie Hebdo, de nombreux citoyens et tous les élus municipaux se sont mobilisés pour dire leur attachement aux valeurs de la démocratie et de la liberté d’expression. M. Le Maire nous a proposé une motion en Conseil Municipal sur ces thèmes, qui a reçu l’aval de tous les élus. Le refus que nous venons d’essuyer est décidément bien mal venu. Il est bien d’avoir de grands principes, il est mieux de les appliquer.

Les élus Parlons Brignais : Valérie Grillon, Anne Claire Rouanet, Bernard Bisch, Jacques Blouin, Serge Bérard vous souhaitent un agréable printemps et un bel été.

Retrouvez tous ces sujets sur Parlonsbrignais.fr

Editorial Parlons Brignais Janvier 2015

Le temps des finances,

Avec le mois de décembre vient le temps des budgets.

L’état réduit sensiblement ses dotations. De plus, il a mis en place un système « solidaire » qui consiste, à prélever des fonds sur les communes et intercommunalités les plus aisées pour les redistribuer : En 2015 1,5 millions d’euros pour Brignais et la CCVG !

Pour les élus locaux, le sentiment que des efforts leurs sont encore demandés, alors que l’Etat ne montre pas l’exemple est insupportable.

Malgré les hausses d’impôts, l’Etat est en faillite structurelle et sa dette enfle (8 fois ses recettes annuelles). Quelle que soit la couleur politique de nos gouvernants, repenser nos dépenses publiques, nationales et territoriales est un devoir, une urgence.

Ce débat national ne doit pas nous détourner de nos responsabilités locales dans ce domaine. Qu’en est-il à Brignais ? Pourquoi avons-nous refusé de voter le budget 2015 ?

En bref, nous relèverons deux points, parmi d’autres, qui expliquent notre position :

  • Les frais de personnel communaux, augmenteront de près de 5% en 2 ans, à 6 900K€ (régie culturelle autonome créée en 2013 comprise)
  • La majorité ne donne aucune perspective sur sa politique d’investissement et donc sur les besoins d’autofinancement pour ce mandat.

Comment juger alors de la pertinence du budget et de l’autofinancement qui en résulte ?

Les charges progressent plus vite que les produits, ce qui met en péril la promesse de mandat de ne pas augmenter les impôts. Rappelons-nous qu’au début du précédent mandat, les impôts avaient été augmentés de 4% (en plus de l’inflation).

Par ailleurs, nous avons interpellé Mr le Maire sur de nombreux sujets, pour certains nous avons des promesses de réponses mais pas de réponses :

  • Quel impact la création de la Métropole et du nouveau Rhône auront sur notre commune et notre intercommunalité ?
  • Qui prendra en charge les 280 000 € (payés par la CCVG) concernant le coût du désamiantage sur le site du futur centre nautique de Rochilly ?
  • En quoi la création de la Régie autonome culturelle a-t-elle été bénéfique pour notre commune ?

Et quant à la démocratie locale :

  • Le Maire avait promis un débat avant acceptation du permis de construire d’une moyenne surface commerciale, en entrée sud de la ville : il n’aura jamais lieu.
  • Nous attendons la création d’une tribune libre sur le site web de la commune…

Le temps des vœux

Formulons ensemble le vœu que 2015 soit une année d’ouverture et de confiance lors de concertations promises, que nos questions pour le bien commun soient entendues.

Les élus Parlons Brignais : Valérie Grillon, Anne Claire Rouanet, Bernard Bisch, Jacques Blouin, Serge Bérard

Editorial Parlons Brignais BM septembre 2014

Anticiper pour ne pas subir, partager pour réussir

Après avoir longtemps tergiversé, l’Etat s’engage dans une réforme territoriale profonde.
Notre commune, positionnée hors du Grand Lyon, et donc hors de la future Métropole, ferait partie d’un regroupement de Communautés de Communes. Cette nouvelle entité se substituerait au futur « Nouveau Département du Rhône » dont on annonce simultanément la création en 2015 et la disparition en 2020.
Dans ce contexte, où rien n’est arrêté, il nous paraît responsable, comme élus, de mesurer les conséquences de ces évolutions pour Brignais, en matière d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de fiscalité, de transports, etc… Nous pensons que le rôle des élus est de peser sur ces futurs rattachements, plutôt que de subir.
Par une lettre ouverte au Maire, nous avons demandé que soit réalisé un livre blanc qui traite des avantages et inconvénients d’un éventuel rattachement à la Métropole. Il permettra aux élus comme aux citoyens de se faire un point de vue sur ce qui serait le mieux pour l’avenir communal.
Lors du dernier conseil communautaire de la CCVG, Le Maire nous a accusés de vouloir rattacher Brignais à la Métropole, détournant le sens de notre démarche. Mais celle-ci a été bien comprise par de nombreux élus communautaires. Si le Maire de Brignais persiste à mépriser les demandes légitimes de ses élus, nous attendons de la CCVG qu’elle prenne le relais.

Sur un autre sujet, un permis de construire pour une nouvelle surface commerciale est en cours d’instruction, à proximité du centre-ville.
Aucune concertation n’a eu lieu. Aucune étude d’impact n’est connue, alors qu’une décision purement administrative risque d’intervenir en pleine période estivale. L’instance de centre-ville que nous avions préconisée, promise par le maire dans son programme, avait là sa pleine justification.
Notre commerce de proximité, essentiel à l’animation de notre cité, est fragilisé et le sera encore plus l’an prochain par des travaux s’enchaînant presque en continu.
Jusqu’alors le discours officiel était « préservons le commerce de proximité », la réalité est que la majorité en place n’a aucune vision stratégique du devenir de notre centre-ville. Ce projet ne s’inscrit dans aucune perspective réfléchie du devenir du commerce à Brignais
Quelle désinvolture dans le traitement de ce dossier !

Œuvrer pour la cohérence de l’action publique, pour l’information de nos concitoyens et le respect des engagements sera pour notre équipe un travail de tous les instants. Dans le but de soutenir nos élus et de vous informer de notre action (site web, lettre périodique…), tout au cours du mandat, notre liste municipale a créé l’association « Parlons Brignais » que vous pouvez solliciter dès maintenant : contact@parlonsbrignais.fr.

Page 1 of 212»